Écoles d’espagnol en Espagne situées à Séville, Cadix et Malaga

Nous avons interviewé un des étudiants de CLIC Séville, Gerald Grampelhuber. Après avoir terminé un de ses cours d’espagnol, il nous a gentiment consacré quelques minutes de son temps avant d’aller pratiquer une de ses grandes passions : l’aviron. Gerald est originaire d’Autriche, où il a travaillé comme propriétaire d’une entreprise de pièces techniques industrielles. Auparavant, il a été en Espagne, à Majorque pour y travailler et faire du vélo et – à plusieurs reprises – il s’est rendu à Fuerteventura pour y faire de la planche à voile. Gerald nous rend visite pour la deuxième fois cette année et dit qu’un des facteurs qui l’a poussé à choisir notre école était précisément l’attrait que Séville exerçait sur lui.

– Salut Gerald, merci de votre temps. Nous aimerions en savoir un peu plus sur vous et votre expérience en tant qu’étudiant en espagnol à CLIC Séville. Est-ce la première fois que vous fréquentez une école de langues ?

– Non, c’est la deuxième fois. Je suis venu pour la première fois à CLIC Séville le printemps dernier, et je suis de retour.

– Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir CLIC ?

– J’ai commencé à chercher des écoles de langue, disons que je suis tombé sur CLIC et ça m’a plu, alors je me suis inscrit. Ça a été très facile pour moi. J’étudie l’espagnol en Autriche depuis deux ans maintenant. J’ai commencé à prendre des cours privés avec un professeur de ma ville.

– Était-ce important pour vous lorsque vous avez choisi CLIC d’aller à Séville ?

– Oui, bien sûr ! Car ma grande passion c’est l’aviron. Séville est une ville idéale. Elle est bien connue de tous ceux qui aiment l’aviron. Je suis membre du Club d’aviron de la ville de Séville. Je pratique l’aviron sur le Guadalquivir presque tous les jours, j’aime beaucoup. C’est une combinaison entre faire du sport et étudier quelque chose. Vous pouvez entraîner le corps et l’esprit.

– Comment s’est déroulée la planification de votre visite et la recherche d’un logement à Séville ? Ça a été difficile ?

– Pour moi, c’était très facile, j’ai réservé le cours et l’hébergement via Internet et c’était très pratique. Et puis les gens de CLIC m’ont aidé et ont facilité les choses.

– Maintenant, nous aimerions que vous nous parliez un peu de la façon dont se passent les cours. Qu’aimez-vous particulièrement ?

– Pour moi, c’est quelque chose de nouveau. Une aventure. Parce que lors de mon premier séjour à Séville j’ai participé au cours pour les plus de 50 ans, et à ce séjour, pendant ces trois semaines, je participe à des cours pour tous publics. J’aime beaucoup le fait d’étudier dans un groupe varié, car vous pouvez vous informer sur la façon dont les jeunes voient les choses, comment les nouvelles générations pensent et vivent.

– Mais, quel genre de choses fais-vous en classe ?

– Nous apprenons actuellement le subjonctif. (Sourires) C’est un peu difficile, mais j’aime ça.

– Parlons alors du programme socioculturel CLIC. Participez-vous à des activités ?

– Oui,  pas plus tard que le week-end dernier, j’ai participé à l’excursion à Estepa. J’ai vraiment aimé ça. Malheureusement, je n’ai pas pu m’inscrire pour le prochain voyage à Grenade.

– Recommanderiez-vous nos cours à d’autres autoir de vous?

– Oui et oui. Ils me plaisent beaucoup. C’est une expérience intéressante. Encore plus lorsqu’on entre dans la catégorie des personnes âgées.

– Que diriez-vous  à d’autres personnes âgées qui envisagent de suivre un tel cours mais qui n’osent pas?

– Je leur dirais que faire un séjour linguistique chez vous est très facile, car vous proposez un bon choix d’hébergement et une école avec d’excellentes installations. Vous avez tout sous la main. C’est très simple.

– Que pensez-vous que vous tirerez de cette expérience lorsque vous rentrerez chez vous en Autriche?

– Il y a deux choses dont je pense que je me souviendrai. La première, c’est la classe, que j’aime beaucoup. Pratiquez l’espagnol avec mes camarades de classe et mes professeurs. Et puis aussi l’aviron. C’est la combinaison de mes rêves. Après notre entretien, je m’en vais au club d’aviron pour m’entraîner. Ce fleuve Guadalquivir est extraordinaire. Il est bien connu dans le monde entier, par de nombreuses équipes d’aviron en Amérique, en Hollande,  et bien entendu en Autriche …